Visiter le portail Wallonie.be Portail sur le surendettement
Vous êtes ici:

Taille du texte:

COVID-19, prévenir et gérer les difficultés financières

De nombreux citoyens (consommateurs, entreprises, indépendants) s'inquiètent pour leur avenir financier et s'interrogent sur les mesures prises et leur marge de manœuvre dans le cadre de la crise actuelle.

L'Observatoire du Crédit et de l'Endettement vous apporte des réponses pratiques en vue de prévenir les difficultés financières. Vous trouverez toutes les réponses à vos questions en cliquant sur ce lien. Une mise à jour est réalisée au fur et à mesure de l'actualité (dernière mise à jour : 26/11/2020).

Pour toute autre question, vous pouvez contacter l'équipe de l'Observatoire par email (consultations@observatoire-credit.be) et par téléphone (071.33.12.59) ou visiter le portail "Lutter contre la pauvreté".

Méfiez-vous des indemnités "covid" parfois réclamées par les commerçants. Si ce montant n'est pas annoncé clairement par le professionnel avant l'achat, vous pouvez le contester et refuser de le payer.

Méfiez-vous des propositions de prêt d’argent que vous recevez sans rien avoir demandé. Il s’agit sûrement d’une arnaque. Avant de prendre un crédit, renseignez-vous sur le prêteur. Vous trouverez plus d’informations sur le site du SPF Economie 

Vous avez reçu une lettre de mise en demeure

C’est quoi ?

A la suite de rappels auxquels vous n’avez pas réagi, vous avez reçu une lettre de mise en demeure. La mise en demeure est le dernier avertissement avant de passer en procédure judiciaire. Vous avez un dernier délai de minimum 5 jours pour payer.

La mise en demeure est un courrier de réclamation officiel. Dans ce courrier, le fournisseur vous informe qu’en cas de non-paiement de la somme réclamée avant la date prévue, il introduira une procédure en justice.

La mise en demeure est envoyée par courrier recommandé soit par le fournisseur, soit par une société de recouvrement, un huissier de justice ou un avocat.

La mise en demeure est accompagnée de frais qui s’ajoutent au montant réclamé à l’origine : les frais de rappel et d’envoi recommandé.


Comment lire votre mise en demeure ?

La mise en demeure reprend généralement une série d’éléments :

  • le service dont vous avez bénéficié ;
  • les coordonnées du fournisseur ;
  • le montant à payer ;
  • le délai de paiement ;
  • les coordonnées bancaires du fournisseur ;
  • les frais de rappel et taux d’intérêt de retard de paiement ;
  • la clause pénale 📘
  • la mention « en l’absence de réaction de votre part dans le délai prévu, le créancier 📘 peut procéder à d’autres mesures de recouvrement. »

Que devez-vous faire ?

Il est important de réagir immédiatement afin de tenter de trouver une solution amiable (un arrangement) avec le fournisseur. En effet, l’introduction d’une procédure judiciaire causerait des frais importants et augmenterait votre dette.

Voici la marche à suivre :

  1. Vérifiez que le montant mentionné sur la mise en demeure est correct et que celui-ci n’a pas déjà été payé.
  2. Faites votre budget. Sur base de ce calcul (vos revenus - vos dépenses), vous connaîtrez votre disponible mensuel, c’est-à-dire l’argent que vous ne devez pas utiliser pour payer des charges. Vous trouverez, en cliquant sur ce lien, une brochure pour faire votre budget.
  3. Contactez votre fournisseur et expliquez-lui que vous êtes dans l’impossibilité de payer la somme réclamée en une fois.
  4. Négociez avec lui pour obtenir un nouveau délai de paiement ou pour payer en plusieurs fois en tenant compte de votre budget. Commencez les paiements sans attendre son accord formel afin de montrer votre bonne volonté.
  5. Si le fournisseur accepte, demandez une confirmation écrite de son accord.
  6. Si le fournisseur refuse, vous avez deux possibilités :

Si vous ne réagissez pas, le fournisseur peut placer un limiteur de débit d’eau 📘 (50 litres/heure au lieu de 300) sans devoir obtenir une autorisation du juge :

  • si vous êtes en « défaut de paiement persistant » c’est-à-dire que vous n’avez pas payé après avoir reçu la mise en demeure ;
  • s’il vous a prévenu par recommandé du risque de placement d’un limiteur dans un délai de 30 jours minimum ;
  • si vous n’avez proposé aucun plan de paiement raisonnable.

Si vous payez la somme due après la pose du limiteur, le fournisseur d’eau doit l’enlever dans un délai de 7 jours.

Le fournisseur ne peut pas vous couper l’eau sans une décision du juge de paix. Or, les juges refusent en général la demande du fournisseur sur base du principe de dignité humaine.

Définitions :

Clause pénale : clause du contrat qui prévoit un certain montant que le débiteur devra payer s’il ne règle pas à temps sa facture. Ce montant sert à indemniser le créancier en raison de la faute du débiteur.

Créancier : celui à qui de l’argent est dû

Facilités de paiement : possibilité laissée au débiteur de payer en plusieurs fois

Limiteur de débit d’eau : pastille qui est installée directement à l’arrivée d’eau de l’habitation et qui permet de limiter le débit (50 litres/heure au lieu de 300)

 

Nous contacter

portail@observatoire-credit.be

Service public de Wallonie

SPW Intérieur et Action sociale
Avenue Gouverneur Bovesse, 100, 5100 Jambes (Namur)
Tél. 081/327.351 - Fax 081/32.74.74
Portail de l'Action sociale

Observatoire du Crédit et de l'Endettement

Place du Perron, 38, 6030 Marchienne-au-Pont
T: 071/33.12.59 - F: 071/32.25.00
Portail de l'Observatoire du Crédit et de l'Endettement